Ferré, Baudelaire et moi...

Michel Orion seul en scène.
Puisant dans l’œuvre de Léo Ferré ou de Charles Baudelaire, mais aussi des textes et des notes de sa plume, Michel Orion nous offre un spectacle dans la plus pure tradition de chansons à texte plutôt qu'à prétexte.
Il a aimé Erik Satie, Boris Vian et cela se sent.
De Satie, il raconte qu'à la fin de sa vie, retiré à Arcueil il n'ouvrait plus les lettres qu'il recevait, mais qu'en revanche, il répondait toujours : "Anar mais poli" remarque-t-il pour conclure.
Avec lui, l'on se sent si proche des artistes, si familier de la poésie, que l'on se dit que Baudelaire, Ferré et les autres sont hors le temps. Ils résonnent aujourd'hui comme ils résonnaient hier. Michel Orion s'inscrit indéniablement dans la tradition vacharde de la chanson, tant pour les textes qu'il écrit comme pour ceux qu'il défend, ceux "du" Maître. Celui-ci même qui l'avait choisi à  l'époque comme première partie de ses spectacles au TLP-Déjazet.
Le tour de chant, parfois caustique et iconoclaste, est ponctué d'anecdotes et de chroniques aigres-douces, plus ou moins surréalistes dont certaines inédites.
Un spectacle piano-voix qui laisse toute sa place à la beauté du verbe et de la musique.

Cette pièce est jouée dans la salle `les étoiles`

Auteur : Michel Orion